Archives for posts with tag: Conrad Malte-Brun

Continuação da leitura do “Géographie universelle: ou description de toutes les parties du monde” de Conrad Malte-Brun (1)
Geographie Universelle de Malte-Brun 1841 VToutes les rues sont étroites, tortueuses, plus ou moins en pente, mais propres et bordées de petites maisons à un seul étage, en pierre et blanchies à la chaux. (2)
Au centre de la ville européenne est situé le Bazar ou la ville chinoise, réunion de petites rues à peine larges de deux mètres et bordées de chaque côté de magasins et de boutiques. Ce quartier est inteèrement peuple de Chinois.
Geographie Universelle de Malte-Brun 1841 VIUn groupe de rochers, près d´une des plus hautes éminences d la ville, forme un antre appelé grotte du Camoens: la tradition dit que c´est la que le poéte de ce nom.
composé son fameux poême de la Lusiade. Un habitant de Macao a su encadrer dans son jardin cet endroit pittoresque, asile sacré du malheur et du génie»

Gruta de Camões 1880A GRUTA DE CAMÕES EM 1880

Cette grotte se compose de deux énormes blocs de rochers laissant entre eux un vide haut de 6 pieds et large de 3, et d´un troisième qui forme le toit et supporte un kiosque. Aujourd´hui, dit un Français qui visitait Macao dans ces  dernières années (3), la barbare admiration de ses compatriotes a défiguré cet asile du génie: le banc naturel de la grotte a été taille au ciseau ; on a été jusqu´à blanchir à la chaux les parois du rocher. Àu-dessus du bane on a apiani la surface du roe, et on y a gravé quelques vers français en l´honneur de Camoéns.(4)
Geographie Universelle de Malte-Brun 1841 VIILes îles des Larrons, voisines de Macao, sont toujours remplies de pirates que fréquemment enlèvent les petits bâtiments chinois emplyés au cabotage entre Macao et Canton. Une peite puissance européenne exterminerait facilement ces pirates, mais le gouvernement de la Chine fait de vaines tentatives pour s´en délivrer. Ces pirates son liés avex les rebelles  et les mécontents de l´intérieur.
A douze lieues de Maco, s´éléve l´Ile Lintin, qui sert de mouillage aus navires qui arrivent en Chine pendant la mousson de nord-est. Cette île est un cône aride d´environ 200 métres de hauteur; un village chinois est adossé à un des flans de la montagne.” (1)
(1) https://nenotavaiconta.wordpress.com/2016/04/19/leitura-descricao-de-macau-em-geographie-universelle-de-1841-i/
(2) LAPLACE, M – Voyage autour du Monde par les mers de l´Inde  et le Chine, 1833
(3) BARROT, M. Adolphe – Un Voyage en Chine.  Revue des Deux-Mondes, 1839.
A “Revue des deux Monde” é uma revista semanal  francesa (política, administração e costumes), fundada em 1829 com o nome de ” Revue des deux mondes. Journal des voyages, de l’administration et des mœurs, etc., chez les différens peuples du globe ou archives géographiques et historiques du XIXe siècle ; rédigée par une société de ­savants, de voyageurs et de littérateurs français et étrangers”. O primeiro período inicial da publicação terá terminado em 1848. Seguiram-se no total 7 séries, o último terminou em 1930.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Revue_des_deux_Mondes
(4) “Le vers qu´on lit dans la Caverne de Camõens sont de M. de Rienzi, qui a consacré plusieurs années à parcourir l´Inde, les côtes de la Chine et l´Océanie. Nous tenons de ce voyageur qu´il fit sculpter à Macao un buste de Camõens; qu´il le plaça dans la grotte, et qu´il fit graver autour de l´image de poête une inscription en chinois et une autre qu´il composa en vers français; mais qu´un Anglais, locataire du jardin, jaloux de ce que l´honneur rendu à la mémoire d´un grand homme rejaillissait sur la nation française, fit enlever l´inscription qui décorait le buste monumental. Voice la traduction de l´inscription chinoise:
«AU LETTRÉ PAR EXCELLENCE.
Les qualités de l´esprit et du coeur l´élevérent au-dessus de la plupart des hommes: de sages lettrés l´ont loué et vénéré, mais l´envie le réduisit à la misère. Ses vers sublimes sont répandus dans le monde entier. Ce monument a été construit pour transmettre sa mémoire à la postérité.»
L´inscription en vers de M. de Rienzi est trop longue pour que nous la donnions ici; mais nous produirons celle em style lapidaire qui termine le tout

Au grand Louis de Camõens,
Portugais, d´origine castillane,
L´humble Louis de Rienzi,
Français, d´origine romaine
23 nout 1838″ (1)

Alguns parágrafos nas pp. 169-170 do livro “Géographie universelle: ou description de toutes les parties du monde” de Conrad Malte-Brun (1)  (publicado  entre 1810 e 1847), no seu volume 5 (773 páginas) dedicado a “Asie Oriental et Afrique” incluído no Capítulo “Empire Chinois – La Chine proprement dite“, merecem uma (re)leitura, um relato/descrição de sítios remotos e exóticos feito por viajantes e estudiosos ocidentais.
A edição que consultei, disponível na net (2), é 1841 (5ª edição ), revista, corrigida e aumentada por J.J.N. Huot

GÉOGRAPHIE
UNIVERSELLE
OR
Description de Toutes les Parties du Monde
sur un plan nouveau
D´aprés les grandes  divisions naturelles du globe
Précédée
De l´histoire complète de la Geographie, chez les peuples anciens et modernes,
et d´une théorie génerale de la Géographie mathématique et physique
PAR MALTE-BRUN.
CINQUIÉME ÉDITION
Revue, corrigée et augmentée de toutes les nouvelles découvertes
par J.-J.-N. Huot.
TOME CINQUIÉME
ASIE ORIENTALE ET AFRIQUE
PARIS, FURNE ET C., LIBRAIRES -EDITEURS
1841

Geographie Universelle de Malte-Brun 1841 I«Macao, établissement portugais, sur une petite langue de terre que tient à une île, ne conserve que le souvenir de son ancienne importance. Trois ou quatre cents  soldats nègres formaient  toute la garnison lors du voyage de Macartney. Ce peit coin de terre fut concédé aux Portugais dans le temps de leur puissante et de leurs grandes entreprises, c´est-à-dire vers l´an 1580, pour avoir délivré la Chine d´un chef de pirates que avaitmis le siége devant Canton; ils y firent long-temps um commerce considérable, non seulement  avec la Chine, qu´ils fréquentainent presque seuls, mais encore avec d´autres contrées de l´Asie orientale, et particulièrement avec le Japon et le Tog-khing».
Geographie Universelle de Malte-Brun 1841 IIAujourd´hui Macao, tombée avec l la puisance de ses fondateurs, n´ést plus une cité portugaise; le pavillon du Portugal flotte encore sur ses murailles, mais toute l´autorité est entre les mains d´un mandarin, dont un ordre suffit  pour suspendre tout commerce, ou pour empêcher les provisions de vivres d´entrer de soldats indiens aussi lâches que mal armés, est  méprisée même des Chinois. Le revenu des douanes et celui  des impôts est perçu par les fonctionnaires chinois; enfin la population de cette ville, qui était encore dans le siècle dernier de plus de 30,000 âmes, n´est plus que d´environ 10 à 15,000 individus, composés de Chinois, de Malais et de prétendus Portugais car on ne peut donner ce nom à une race abâtardie, mélangée de sang nègre et portugais, ayant tous les vices et la nonchalance des nations dont elle descend sans em avoir les vertus. «Canton, dit le navigateur que nous précédement cité, est regardé para les Chinois comme le refuge de tous les mauvais sujets des pays voisins, et Macao comme la sentine de Canton».
Geographie Universelle de Malte-Brun 1841 IIIMacao prénte du côté de sa rade un grand nombre debelles maisons qui s´élèvent en amphithéâtre jusqu´au sommet qui domine sa forteresse. Son aspect est beau et impossant. On a devant soi, au  fond d´une baie de sable, la muraille que séparait autrefois de territoire chinois du territoire portugais, muraille que les Chinois ont franchie, mais que des étrangers ne dépasseraient pas impunément. Sur la gauche s´élève, à l´extrémité  d´une pointe de rochers assez élevés, une batterie plus blanche que solide, qui ne sert plus qu´à rendre des saluts aus navires; um peu au-dessus on reconnaît à ses hautes murrailles ombragées de grand arbres de couvent de la Guia, résidence de l´évêque; deux autres monastères, presque abandonnés , s´élèvent du même côte; la demeure du governeur et les élégants habitations des Européens, parmi lesquels  dominent les Anglais, bordent les quais. Macao est redevable aus Chinois de ses bien aérés, dont l´emplacement a été conquis sur la montagne à force de travaux.
Geographie Universelle de Malte-Brun 1841 IVConrad Martin-Brun(1) Conrad Malte-Brun, (Malthe Conrad Bruun) (Dinamarca 1775- Paris 1826),  geógrafo francês, conhecido pela publicação de “Géographie universelle”  – livro com a e descrição da geografia universal de todas as partes do mundo, publicado em 1810, o último volume aparece em 1829 já após a morte de Malte-Brun. Embora acusado de plágio por cópias dos relatos de viajantes , o livro teve grande sucesso e foi reeditado várias vezes.
Conrad Malte-Brun foi um dos fundadores da Sociedade de Geografia Francesa, em 1821, e seu primeiro secretário-geral em 1822-1824. nos. Seu segundo filho,
https://fr.wikipedia.org/wiki/Conrad_Malte-Brun
Sobre a influência deMalte-Brun na geografia francesa, aconselho leitura de
GODLEWSKA, Anne – L´influence d´un homme sur la géographie française: Conrad Malte-Brun (1775.1826).Ann. de Géo, n.º 558, 1991, pp. 190-206. Acessível em:
http://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1991_num_100_558_21032
(2) https://books.google.pt/books?id=XLMWAAAAQAAJ&pg=PA170&lpg=PA170&dq=LA+place+Voyage+autour+du+monde+